Je vie et travaille depuis plus de 20 ans dans le quartier Saint-Blaise à Paris 20ème
dans le " Village de Charonne"

je partage mon atelier situé au 78 rue saint Blaise -ancienne loge de gardien- en rez de chaussée d'un bel immeuble .....
avec un Artisan Restaurateur, Marqueteur Francis GUFFROY (diplomé ESAABoule)



 

De formation artistique à l’ESAA Duperré Ecole Supérieure d’Arts Appliqués au style particulier, je me suis formée aux techniques du travail de la matière, du volume et de la couleur.

Munie de mes différents diplômes : Diplome Textile de l'école, BT textile, BTS plasticien design puis Diplome des Métiers d'Art Textile tapisserie/Broderie je me suis adonnée à ma profession de décoratrice dans la grande distribution sans cesser d’explorer les techniques apprisent à l'école au sein de mon atelier rue saint blaise Paris 20ème

Je participe à différentes manifestations, qui me poussent à peindre et à répondre à des commandes dans la décoration de petits meubles récupérés auxquels je donne une seconde vie.
Mes camarades d’atelier m'ont incité à un moment donner à mon savoir faire par l’acquisition des techniques du papier modelé.


C’est alors une révélation : mon intérêt pour la matière, mon goût pour la couleur sont combléssurtout, après avoir commencé à travailler à plat sur une toile, je fais apparaître des volumes dans mes réalisations.

Ainsi, la série de trois œuvres, « Auto-tamponneuses » montre le passage d’un personnage qui émerge d’abord timidement de la toile, jusqu’à la création de figurines qui acquièrent leur autonomie.


« Puis ça éclate » 

Désormais des statuettes surgissent hors de boites, traversent une déchirure.

Je suis sans cesse aux aguets, prête à accueillir tout ce que me suggèrent les hasards des rencontres, les exigences d’une commande, les difficultés matérielles à résoudre pour réaliser une œuvre renouvelée.


Mais ces figurines, qui sont-elles ? D’où viennent-elles ?:

Le noir, est une constante dans mes créations
Pour moi le noir est associé au bruit, le bruit me fait peur
C'est celui de la foule, des bousculades, comme celles que j’ai connues à la Foire du Trône. 
J’ai voulu représenter au tout début des personnages qui avaient peur, qui exprimaient ma peur.
Il ne s’agit pas d’évoquer des foules, mais un, deux ou trois personnages extraits de la multitude.


Ce n’est pas un hasard si le déclic est venu avec une première figurine, la Gorgone 
objet d’horreur pour les hommes et pour les dieux !

Obéissant à ma propre évolution, j'ai ensuite transformé mes statuettes en leur accordant plus de rondeur; Je les ai rendues plus sympathiques et les ai traitées avec une note comique.

Dans la paix de mon atelier, un lieu qui me ressemble bien, mes figurines sortent de leur tunnel, de leur obscurité, pour s’offrir à la rencontre avec le spectateur, elles cherchent une forme de reconnaissance, et tentent d’établir une complicité avec nous, de solliciter les échanges avec le public.


Et vous, justement, comment les recevez-vous ?
Certes, chacun répondra à leur appel selon sa sensibilité.

 

"Mais, en y réfléchissant, nous pouvons percevoir dans toutes ces figures étranges un air de famille avec les curieuses sculptures qui ornent modillons et gargouilles de nos églises anciennes, sans parler des figures grotesques de l’art de la Renaissance.

Nous pourrions même sortir de nos sociétés occidentales, mais n’allons pas si loin,pensons à certaines marionnettes modernes qui représentent nos peurs enfantines ou des craintes archaïques d’adultes.

 

En réalité, je retrouve là tout un courant artistique qui joue sur la dérision et l’étrange ;

"mes statuettes" nous invitent à les regarder avec humour et tendresse pour apprivoiser avec elles nos passions puériles et
pour apprendre à rire de notre carnaval mental et à mieux nous AIMER."